Ecologie : le pique prune

Publié le par lepetitvedaquais.over-blog.com

Osmoderma eremita - Scarabée pique-prune

Le scarabée pique-prune
Osmoderma eremita
Hermit beetle

La présence d'Osmoderma eremita est le signe de la préservation en Sarthe,

 à côté des forêts, d'un milieu rural de qualité.

 

 

L'espèce est un chaînon essentiel dans le fonctionnement écologique des milieux forestiers,

et représente un bio-indicateur fiable de la qualité des milieux.

Le maintien de cette biodiversité, malmenée par le morcellement des territoires,

ne peut être garanti que par la protection des sites scientifiquement reconnus.

C'est la notion même de patrimoine naturel qui est en cause.

  

L’animal : scarabée ou coléoptère voisin du Hanneton

Osmoderma eremita est une sorte de grosse cétoine mesurant jusqu'à 30mm de long,

 

Tracé de l'A 28, Alençon - ToursOuest-France - 14/15 août 1999

L'autoroute A-28

Alençon - Le Mans - Tours

Le fuseau de l'autoroute A-28 entre Le Mans et Tours
traverse des milieux naturels remarquables,
aujourd'hui clairement identifiés.
L'Ouest du massif de Bercé et la Vallée du Loir plus au Sud
sont des sites à inscrire dans le patrimoine naturel européen.
 
 

Les étapes de sa protection : 

 -         De 1996 à 2005 construction de l’A28

-         2001 : premier site Natura 2000 délimité pour protéger le pique prune.

-         2004 : agrandissement du périmètre Natura 2000 aux délimitations actuelles

-         2007 : Le conseil général de la Sarthe établit les diagnostics écologiques et socio économique du  DOCOB le document d’objectif.

-         2008 : Le DOCOB est validé et du plan d’organisation du site

-         2009 : animation du site confiée au conseil général de la Sarthe

Pique-prune (Osmoderma eremita), femelle, photo 2.

 

Des contrats de démarche volontaire peuvent être souscrit auprès de Natura 2000 afin de participer à la conservation des vieux arbres qui vont servir d’abri au pique prune.

Une aide financière peut aider les propriétaires volontaires acceptant d’aménager leur terrain sur la zone Natura 2000.

Ils suffit d’ entretenir les arbres vieillissants, les haies… toutes cavités naturelles

Pique prune (Osmoderma eremita) mâle, photo 1

Le principal facteur de disparition du Pique-prune est la raréfaction de ses milieux de vie.

il habite de très vieux arbres (au moins 150 ans), qui présentent des ouvertures remplies de terreau de bois.

Les adultes et les larves vivent dans ces cachettes et ne les quittent que rarement.

Les arbres hébergeant le Pique-prune peuvent se situer dans les bois ou les haies. 

Pour se maintenir sur le long terme, une population a besoin de nombreux arbres à différents stades de dépérissement pour assurer une continuité de la disponibilité en refuges.

Arbre à pique prune

 

 

  

 

 

Commenter cet article